Lyon – Bourg en Bresse – Villefranche s/Saône
Rejoignez-nous sur Google+Rejoignez-nous sur FacebookRejoignez-nous sur TwitterRejoignez-nous sur ViadeoRejoignez-nous sur linkedin

Etude Burnout et Coaching : introduction

Vous pouvez demander mon étude : « Le Coaching : pour prévenir, diagnostiquer et traiter le burnout » offerte à tous mes clients sur simple demande

Attention : cette étude est offerte à tous mes clients sur simple demande

Introduction de l’étude : 

Lors de ma formation au coaching en 2006, lorsque j’ai entendu le terme de Burnout, j’ai tendu l’oreille. J’ai choisi d’en faire le thème de mon mémoire et de mettre la souffrance au travail au cœur de mon travail d’accompagnement de particuliers et d’entreprises

En aérospatiale, le moment où une fusée, après avoir trop rapidement brûlé tout son carburant, retombe au sol, est appelé burnout. C’est ce phénomène qui a donné son nom au syndrome d’épuisement émotionnel au travail.

Le syndrome d’épuisement émotionnel touche les personnes qui ont tout donné au départ, en croyant leurs capacités illimitées (illusion de supériorité). Face aux blocages, aux échecs, aux «grains de sable» (comme le manque de signes de reconnaissances positifs à leur égard par exemple), elles n’ont pas su gérer la frustration de ne pas être à la hauteur de leur idéal.

Le burnout touche les passionnés qui se fixent des buts très ambitieux, et s’engagent beaucoup dans leur entreprise, leurs projets, leurs équipes. Il est particulièrement répandu dans les métiers qui nécessitent d’avoir une flamme intérieure et dans lesquels la réussite de l’action dépend des capacités relationnelles (médecins libéraux, personnel soignant, travailleurs sociaux, enseignants, animateurs, agents commerciaux, avocats commis d’office, thérapeutes, personnel pénitentiaire, travailleurs sociaux..).

Il frappe surtout les personnes les plus dynamiques, reconnues comme compétentes, et les plus dévouées. Il est multiforme, peut mettre plusieurs années à se manifester, et il est très dévastateur (le terme burnout signifie « brûlure intérieure »)

Il est quasi exclusivement d’origine professionnelle.

 

Comment détecter le burnout ?

Tout d’abord grâce à un test (le MBI) que je peux vous fournir sur simple demande

 

Les signes avant-coureurs à observer sont :

  • Des palpitations
  • Des mains moites
  • Des suées
  • Une consommation accrue de tabac, alcool, tranquillisants
  • Une émotivité exacerbée

Ces signes mènent à une fatigue chronique, à un stress pathologique.

 

Les conséquences médicales, une fois ce stade de stress intense atteint, peuvent être les suivantes :

  • état de fatigue anormale et persistante, irrécupérable même le week-end
  • céphalées chroniques
  • difficultés de concentration et troubles éventuels de la mémoire
  • troubles du sommeil
  • troubles musculo-squelettiques
  • troubles gastro-intestinaux
  • augmentation des concentrations sanguines en cholestérol, triglycérides ou acide urique.
  • inflammations conduisant à l’athérosclérose et au diabète de type 2
  • problèmes cardio-vasculaires

Les symptômes psychologiques observables sont les suivants :

  • Des changements d’attitudes et de comportements. Ainsi, l’idéalisme des personnes sujettes au burnout s’exprimera par des comportements positifs dans un premier temps (engagement très fort dans leur mission). Puis, quand l’idéalisme fera place au cynisme, la résistance à la frustration et à l’échec va aller en diminuant, et les personnes deviendront irritables, agressives, et développeront une sensibilité exacerbée. C’est pourquoi, à titre de prévention, certaines attitudes doivent être canalisées (car elles représentent des facteurs de risque). Il s’agit d’implication excessive, d’idéalisme, de perfectionnisme, de refus de l’échec.
  • La baisse d’intensité dans les émotions ressenties (qu’elles soient positives ou négatives)
  • La dévalorisation de soi
  • Une remise en question de sa vie en général
  • Un rapport à l’environnement très froid

Une question que l’on me pose souvent : Quel lien peut-on faire entre burnout et harcèlement moral ?

Je pense que dans les deux cas, sont en cause des facteurs liés à l’environnement, et des facteurs liés à la personne touchée.

Dans le cas du harcèlement, il y a une personne dite « pervers narcissique » qui en détruit une autre. Dans le cas du burnout, c’est plus un système qui est en cause. Du côté de la victime, dans les deux cas, il s’agit d’une personne compétente, qui s’investit beaucoup, et ne sait pas dire STOP ou NON .