Lyon – Bourg en Bresse – Villefranche s/Saône
Rejoignez-nous sur Google+Rejoignez-nous sur FacebookRejoignez-nous sur TwitterRejoignez-nous sur ViadeoRejoignez-nous sur linkedin

Le coaching des adolescents

 les adolescents

L’adolescence est-elle une période de rupture ?

Dans nos sociétés occidentales, depuis la fin du 19ème siècle, l’adolescence est considérée comme le passage entre l’enfance et l’âge adulte.

En ce sens, elle constitue une rupture avec l’enfance, et une mise à distance des parents. On pourrait comparer cette période à la mue du papillon qui sort de sa chrysalide, mais cela serait peut-être trop idéaliste. En effet, la crise d’adolescence n’est pas toujours un long fleuve tranquille, ni pour l’adolescent, ni pour son entourage familial.

A l’adolescence, l’individu subit 4 types de transformations :

  • physiologiques (puberté)
  • psychologiques (sa lecture du monde environnant n’est plus la même)
  • affectives (éloignement par rapport à ses parents et importance donnée aux amitiés)
  • sociales (l’insertion au sein des groupes sociaux n’est plus celle de l’enfant, et pas encore celle de l’adulte)

Margaret Mead considère elle, que « l’adolescence est un fait de société ». En effet, ce phénomène consistant à désigner les individus de 12 à 25 ans comme un groupe social à part entière, n’existait pas avant la fin du 19ème siècle, et n’existe toujours pas dans les îles SAMOA par exemple.

On note que l’on a toujours observé des rites de passage pour marquer la rupture entre le statut d’enfant et le statut de jeune adulte. Dans son livre « L’enfant noir » l’auteur Camara Laye décrit ces rites de passage (la circoncision) qu’il vit très douloureusement. De nos jours, dans nos sociétés occidentales, il y a de moins en moins de rites de passage.

La crise d’adolescence, quant à elle, est une période dont la durée varie selon les cas. Elle peut être explosive ou apaisée pour les adolescents qui parviennent à en comprendre la richesse. Cela n’est pas simple car, pendant cette période, l’adolescent perd ses repères, son corps change, et une remise en question s’impose à lui.

Frédéric Hudson a travaillé sur les cycles de vie que nous connaissons tous au cours de notre existence (avec 4 phases : le lancement, le déclin, le marasme, et enfin le renouveau avant de reboucler sur un nouveau lancement). L’adolescence peut être comparée à la phase du marasme (ou cocooning) durant laquelle on se sent seul, avec aucun sens du futur. C’est une période pendant laquelle on est invité à revoir sa vision du monde, ses valeurs, ses besoins (dans le cadre d’un accompagnement de type coaching par exemple).

L’adolescent doit, pendant cette crise, restructurer son Moi, et sortir de ses tendances narcissiques. Il doit apprendre à adapter ses pulsions et pensées au monde réel. Or, le principe de réalité n’est pas forcément celui que préfèrent les adolescents, car ils vivent dans l’instant présent. En abandonnant progressivement son narcissisme, l’adolescent rompt avec sa vision enfantine du monde (qui était probablement celle de ses parents) et doit se construire la sienne. Ce passage peut se faire en douceur, difficilement, ou encore ne pas avoir lieu, et laisser la place à de véritables « Peter Pan » ou « adolescents attardés ».

Que peut apporter le coaching aux adolescents?

Je suis coach professionnel et coach de vie et me passionne pour ce jeune public.

Je les perçois comme des personnes à la fois « rebelles », parfois un peu perdues, sachant défendre leurs valeurs avec conviction.

Elles savent « questionner la règle », ce qui peut être très enrichissant….. et invivable si cela devient excessif.

Elles peuvent avoir besoin d’une écoute qui ne soit pas dans le jugement.

Elles réagissent très vite au coaching car elles apprécient qu’on leur apprenne à :

  • poser des cadres et des limites
  • définir leurs besoins et apprendre à les exprimer
  • s’affirmer en étant ni hérisson ni paillasson
  • prendre des décisions, faire des choix
  • se fixer des objectifs et à les atteindre
  • prendre du recul par rapport aux problèmes qu’elles rencontrent.

Le coaching ne remplace en aucun cas une psychothérapie. Il traite « aujourd’hui » et « demain », mais ne revient pas sur « hier ».

Les séances se déroulent à St Didier de Formans après une première consultation en présence des parents.

Une convention de coaching sera signée par le jeune adolescent et par moi-même afin de déterminer les règles de fonctionnement du coaching.