Lyon – Bourg en Bresse – Villefranche s/Saône
Rejoignez-nous sur Google+Rejoignez-nous sur FacebookRejoignez-nous sur TwitterRejoignez-nous sur ViadeoRejoignez-nous sur linkedin

Les thérapeutes sont-ils des brigands?

Lorsque j’ai lu l’éditorial du magazine Profession Thérapeute – été 2013, rédigé par Nathalie Lefèvre, et intitulé « Portrait-Robot d’un thérapeute », j’ai adhéré de suite.

Je ne suis pas thérapeute, mais cet édito peut aussi s’appliquer aux coachs de vie. Cette femme parlait en mon nom me semblait-il.  Alors je vous retranscris cet édito, tel quel. Merci à Nathalie Lefèvre.

« Dans l’esprit de la plupart des gens – et en particulier de l’institution médicale – les thérapeutes sont des brigands dont l’objectif principal serait de s’enrichir en profitant de l’état de faiblesse de leurs clients. Pour reprendre le propos d’une journaliste de Sciences et Avenir, ces « dérapeutes » infiltrent le monde hospitalier pour y semer des graines de manipulation collective, et profiter ainsi des malades en leur chantant les louanges d’une guérison miraculeuse afin de vider leurs pauvres comptes en banque.

A la rédaction, nous avons voulu savoir qui étaient vraiment les thérapeutes et nous avons donc réalisé une enquête auprès d’un peu moins de 1500 thérapeutes français. Voici leur portrait-robot.

D’abord notre thérapeute type est « une » thérapeute (désolée Messieurs, vous n’êtes que 27.5%) dont l’âge varie entre 40 et 64 ans. Elle vit paisiblement dans une ville de campagne, proche de la nature. Elle s’intéresse plutôt aux domaines de la nutrition, de la phytothérapie ainsi que de l’aromathérapie… D’accord, mais est-elle riche cette thérapeute? Près de 90% des thérapeutes que nous avons interrogés réalisent moins de 40000€ de chiffre d’affaires par an. Combien gagne un médecin déjà?

Si vous êtes thérapeute, vous savez que 40000€ de chiffre d’affaires TTC équivalent environ à 20000€ de rémunération annuelle (et encore faut-il n’avoir qu’un tout petit loyer). Notre thérapeute type n’a presque pas de moyens de se faire connaitre,: moins de 200€ de budget de communication… par an.

Face à la réalité de ces chiffres, aucun doute n’est possible, cette profession est loin d’être rentable. Si je devais être escroc, je choisirais un autre métier!

Pour les côtoyer quasi quotidiennement, je sais qu’il s’agit généralement de personnes animées d’une réelle passion pour le métier qu’elles exercent. Elles sont téméraires et combatives. L’argent n’est en aucun cas leur principale motivation. Et d’ailleurs, nombreux sont ceux qui pratiquent des tarifs tenant compte des revenus de leurs clients.

Peut-être même sont ils trop détachés de la valeur de l’argent. Lorsqu’un laboratoire de compléments alimentaires propose de les rémunérer en échange de leur recommandation auprès des clients ils fuient en courant. Ils travaillent avec conviction et honnêteté, qui peut en dire autant de nos jours? Tous ceux qui critiquent leur âpreté au gain feraient bien de les côtoyer quelques jours, ils recevraient une grande leçon de courage et d’humilité. Rappelons que 18000 patients meurent chaque année à cause de médicaments  mal prescrits ou trop prescrits par un corps médical sous l’influence des visiteurs médicaux. Alors qui sont les « dérapeutes » dans l’histoire?